Voilà ce à quoi il faut se confronter pour acheter un ticket de train dans une gare au Japon. Cela me semble assez… complexe. Non seulement parce que je ne lis pas le japonais, mais aussi à cause de tout les écrans, des diagrammes, des couleurs, des nombreuses machines et options apparemment différentes. J’espère que ce n’est qu’une question culturelle, et j’imagine que pour un Japonais, choisir une destination et acheter un billet est quelque chose d’évident, et de simple.

Cela me fait réfléchir à l’importance de nos filtres culturels, à la façon dont nous nous percevons nous-mêmes, les autres personnes et le monde qui nous entoure. Sachant que nous avons tous nos propres filtres, comment pouvons-nous établir une communication claire et fluide lorsque nous rencontrons une culture différente, un paradigme différent, et des gens qui interpréteront nos paroles et nos actions en fonction de leurs propres perceptions ? Comment ne pas présupposer, ne pas interpréter les émotions, les pensées et les intentions d’un étranger en fonction de notre propre culture ?

La seule réponse que je puisse donner est que nous devons d’abord être conscients de ce défi, et ensuite il nous faudrait vouloir le relever avec patience, tolérance et empathie. Facile ? Non. Possible ? … oui, bien sûr !