Cliquez sur l’image ci-dessous pour la voir en entier

Avoir ou ne pas avoir?

Lorsque j’étais à Bangalore, en février 2014, lors d’une visite au marché aux fleurs, j’ai pu prendre cette photographie de deux vendeurs. L’un n’avait rien à vendre, et l’étalage de l’autre était empli de fleurs. L’un ne possédait rien… et l’autre possédait beaucoup. Mais je ne peux m’empêcher de me demander : et si j’étais venu le jour suivant, aurai-je vu la même scène ? La situation aurait pu être exactement inverse, je ne le saurai jamais. L’état de nos possessions est toujours en mouvement, parfois nous possédons, et parfois non. Nous achetons et nous vendons. Nous recevons et nous donnons.

Ce qui est certain, c’est que nous ne pouvons pas confier en nos avoirs.

Pouvons-nous nous confier en ce que nous sommes ? « Être » est aussi lié à un mouvement, mais à un mouvement intérieur: le mouvement de notre état de conscience. Être n’est pas seulement se connaître, savoir qui nous sommes. C’est connaître notre potentiel, nos qualités, mais aussi nos ombres intérieures, nos faiblesses. Être conscient nous permet de retenir les ombres et d’éveiller le potentiel. Ce mouvement ne dépend que de nous, de notre propre volonté, de notre libre choix.

L’être est la voie de la Liberté, et l’avoir nous enchaîne à un mouvement que nous ne pouvons pas contrôler car il nous rend esclave des circonstances extérieures.


Aujourd’hui il s’avère très difficile – sinon impossible – de renoncer à « avoir » mais nous pouvons atteindre un équilibre et essayer de nous contenter juste de ce dont nous avons besoin: ne manquer de rien mais ne pas posséder trop. Avoir ce qui est nécessaire pour Être, pour être libre, pour être soi-même.