Cliquez sur l’image ci-dessous pour la voir en entier

Sans mots

Que pourrais-je bien dire – ou écrire – au sujet de cette photographie, de l’homme et de la fille mangeant une glace, assis en vis-à-vis sur une moto, sur la place centrale de La Antigua, au Guatemala?

Plus je regarde cette photographie, plus un sentiment s’éveille en moi mais je suis incapable de trouver les mots exacts pour le décrire, pour transmettre cette expérience intime. Pourquoi cela? Sans doute parce que ce sentiment – plus qu’une simple émotion – ne peut être entièrement saisi par aucun mot. Il n’y a rien ici qui doive être compris, uniquement quelque chose à capter. L’essentiel est une certaine harmonie, peut-être l’équilibre du moment, un « moment décisif » comme l’aurait appelé Cartier-Bresson.

Les mots sont importants, bien sûr mais ils ne sont pas toujours nécessaires. Nous cherchons toujours à savoir, à comprendre, et les mots sont assez efficaces pour transmettre idées et concepts. Mais les mots peuvent-ils transmettre un sentiment profond? Ou une intuition? Sont-ils le support, la manifestation de l’intelligence, ou l’intelligence ne serait-elle pas plutôt la capacité de discerner ce qui, en soi, n’a rien a voir avec les mots? Des mots peut-il émaner la lumière, les mots peuvent-ils produire une expérience mystique? Non.

Les mots sont-ils indispensables pour que l’on ressente la merveille d’une création artistique? sont-ils nécessaires pour capturer la beauté, pour se sentir en union avec la nature, pour méditer? De nouveau, la réponse est non.

Les mots sont importants mais ils sont limités. Il y a un monde à découvrir au delà des mots, et certains états élevés de conscience sont tellement éloignés des plans où nous évoluons habituellement que les mots ne pas un outil dont ils puissent se servir.

Le véritable drame cependant est que nous avons remplacé la quête par l’expérience et le vécu par la quête pour la compréhension.

Nous sommes encore trop prisonniers de l’illusion qui consiste à considérer que comprendre est suffisant, que la compréhension est le but ultime et par conséquence, que lorsque quelque chose a été expliqué par le biais de mots et compris, il n’est plus nécessaire de faire l’effort de l’expérimenter et de le vivre.

Mais est-ce vrai? J’espère me tromper. Si nous devions choisir entre « comprendre l’amour » ou « être amoureux », le choix serait évident. L’amour existe pour être vécu, il ne peut se limiter à des mots ni être limité par eux, même s’il s’agit des mots les plus précis, subtils et poétiques.

Rien ne peut remplacer le sentiment, l’expérience d’être amoureux. Et rien ne devrait jamais la remplacer.

But is that true? I hope not. If we had to choose between « understanding love » or « being in love », the choice would be clear. Love is to be lived, it cannot be limited by words, even by the most subtle and precise ones.

Nothing can replace the sentiment, the experience of being in love. And nothing should ever replace it.