Voici une photographie de la côte portugaise, face à l’océan Atlantique. Si je ne me trompe pas, cet endroit est considéré comme le point le plus occidental de l’Europe continentale, entouré uniquement par l’océan. Ici, le vent est toujours fort et les gens viennent en ressentir la force.

Comme toujours de nos jours, vous ne trouverez pas de gens sans téléphone portable, surtout les touristes qui prennent des photos de… enfin…. de tout. Je me souviens du vent… de la pluie aussi… et des nuages.

Il n’y avait pas grand-chose à photographier ce jour-là, à part peut-être ces gens qui n’essayaient pas de prendre une photo mais qui essayaient… de capturer le vent. Pour prendre une photo de la situation. Vraiment ? Peut-on capturer le vent ? Oui, je crois que oui… mais pas comme ça. On peut voir ses effets sur les gens, comme sur la femme qui marche à droite. Mais quand tout est gris, brumeux et sans contraste, je crois qu’il serait préférable de garder ces moments vivants dans nos mémoires. Je sais… c’est plus difficile que de remplir une « carte mémoire », c’est vrai. Mais c’est aussi ce que signifie « être vivant », ou « être humain ».