La nouvelle année – selon le calendrier grégorien – est là. Nous venons d’entrer dans la deuxième décennie du 21ème siècle, et les gens l’envisagent déjà avec un grand point d’interrogation, se demandant : que pouvons-nous en attendre ?

Nous continuerons à subir dans les 10 prochaines années les conséquences de nos actions et décisions passées … ou peut-être sera-t-il plus correct de dire « notre manque d’actions et de décisions », ou mieux encore : « notre manque d’actions éthiques et de décisions intelligentes ».

Chaque pensée, sentiment et action, chaque décision – ou manque de décision – a une conséquence. Il est clair maintenant, aux portes de 2020, que  » nous  » – en tant qu’humanité – avons perdu notre chemin sous divers aspects : des valeurs comme l’empathie, la fraternité, l’unité, le respect de la nature, qui autrefois étaient considérées comme « intouchables » et de la plus haute priorité sur les autres, sont maintenant considérées comme des questions de subjectivité et d’opinion.

Nous avons perdu notre boussole et nous avançons à l’aveuglette, sans suivre aucun autre chemin que celui construit sur notre ignorance et par conséquent les gens sont laissés dans une confusion totale, où tout semble être – comme dans un miroir – le reflet opposé de sa vraie nature : quel modèle politique et social sert vraiment la liberté, quel mode de vie protège vraiment la nature, est-ce vraiment comme il le semble… ou cela serait-il tout le contraire ? Et la question centrale devrait être : Est-ce que je fais – chacun de nous – ce que je sais profondément que je devrais faire pour pouvoir me regarder dans le miroir tous les jours sans honte ?

Nous devrions tous oser nous poser cette question. Le faisons-nous ? N’avons-nous pas besoin d’une remise à zéro ?